Comment en sortir ?

Déclaration du bureau national du POI
dimanche 14 avril 2013
par  poivitrolles
popularité : 8%

Crise sociale, crise politique, crise de régime : chaque jour le pays s’enfonce un peu plus.

Comment en sortir ?

Pour les travailleurs, actifs et retraités, et les jeunes frappés chaque jour un peu plus par les conséquences de cette crise, l’issue ne peut venir que de l’arrêt net et immédiat de la politique menée par le gouvernement Hollande-Ayrault.

Cette politique d’austérité, de destruction des emplois et des conquêtes sociales, dictée par la troïka (Commission européenne-FMI-BCE) et volontairement relayée par le gouvernement Hollande, poursuit et aggrave celle des gouvernements précédents. C’est elle qui précipite le pays dans la crise.

Comment ouvrir la voie à une issue ?

Existe-t-il un autre chemin pour bloquer la politique d’austérité et les contre-réformes du gouvernement que l’action commune de la classe ouvrière et de ses organisations entraînant la majorité du peuple de ce pays ?

Certains parlent d’« amender » ou même « infléchir » la politique du gouvernement. Mais le moindre recul peut-il être obtenu sans être arraché par une action unie pour faire céder le gouvernement et le défaire ? Cela exige de travailler au regroupement sur le terrain de la lutte de classe pour préparer les conditions de l’action commune de millions d’hommes et de femmes, travailleurs des villes et des campagnes, chômeurs, retraités, jeunes et travailleurs précaires à qui on veut interdire tout avenir, pour arracher l’annulation de l’ANI, de la réforme du système des retraites, des vagues de licenciements et de fermetures d’entreprises .

Il y a urgence.

Pour le Parti ouvrier indépendant, il n’y a rien de plus urgent, pour que la classe ouvrière puisse se sauver de la catastrophe qui avance à grands pas, que d’œuvrer à la réalisation de l’unité et à la défense de l’indépendance de ses organisations, pour bloquer les contre-réformes et l’austérité du gouvernement Hollande-Ayrault.

Les militants qui ont participé aux mobilisations des 5 mars et 9 avril appelées par la CGT et FO refusant de cautionner l’accord national interprofessionnel (ANI), savent qu’ils peuvent prendre appui sur ce premier pas dans la voie de l’unité contre le piège du « compromis historique » et du « dialogue social » tendu par le gouvernement Hollande-Ayrault.

Avec le résultat du referendum en Alsace, qui a rejeté la tentative de démanteler la République – cette « territorialisation » que l’on retrouve aussi dans l’accord ANI ou dans la réforme Peillon sur l’école – les militants, les travailleurs et les citoyens mesurent qu’il est possible de contraindre le gouvernement à des reculs majeurs.

Ils sont encouragés à appuyer le mouvement des élus, qui, dans tout le pays, en défense de la démocratie et de la République se dressent contre l’intercommunalité forcée.

Cette voie de la mobilisation unie pour balayer les plans d’austérité, c’est la voie pratique et concrète par laquelle l’immense majorité de la population brisera le carcan de l’Union européenne et des traités. C’est la voie de la démocratie, qui balayera dans un même mouvement les institutions antidémocratiques de la Ve République et celles de l’Union européenne, et la dictature de la troïka.

C’est la voie du mouvement qui jettera les bases d’une Assemblée constituante souveraine permettant d’établir des institutions authentiquement démocratiques et un gouvernement capable de prendre les mesures d’urgence qu’appelle la situation, en particulier :

  • de garantir l’emploi par l’interdiction des plans de licenciements, le rétablissement des emplois supprimés dans les services publics et la création d’emplois pour les jeunes ;
  • de garantir les conquêtes ouvrières, notamment retraites et Sécurité sociale, par l’abrogation des exonérations accordées aux patrons et le maintien de tous les régimes ;
  • de garantir l’égalité des droits des citoyens dans une République une et indivisible fondée sur la libre administration des communes.

C’est la voie qui, se reliant au combat commun des travailleurs et des peuples de tout le continent, forgera les premiers maillons de l’union libre des peuples et des nations libres de toute l’Europe.

Oui, l’heure est au regroupement des forces pour préparer les combats qui s’annoncent.

A ceux qui osent parler de « moralisation » de la vie politique, les travailleurs sont en droit de répondre : commencez donc par abroger les mesures immorales et honteuses qui pillent les retraites, la Sécurité sociale, et les garanties collectives dans le seul but de payer les intérêts de la dette et de renflouer les banquiers faillis.

C’est sur cette base que le Parti ouvrier indépendant se déclare ouvert à toute proposition d’unité visant à bloquer les plans du gouvernement et à ouvrir une issue face à la faillite du régime, et qu’il est prêt à rencontrer toutes les forces ouvrières et démocratiques qui entendent combattre en ce sens.

C’est pour y préparer que le Parti ouvrier indépendant invite travailleurs, militants, jeunes, de toutes tendances, élus, à participer massivement aux assemblées publiques et meetings qu’il tient dans tout le pays et à participer, pour ceux qui le souhaitent, aux congrès ouverts (départementaux et national) du Parti ouvrier indépendant.

Déclaration du BN PDF



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930