Editorial Informations Ouvrières n°487

Modèle allemand, non merci
mercredi 24 janvier 2018
par  POI National
popularité : 17%

Modèle allemand, non merci

 Dominique Canut, membre du bureau national du POI 

D’après le très sérieux Observatoire français des conjonctures économiques, cette année, 5 % des Français les plus modestes devraient voir leur niveau de vie reculer de 0,6 % en moyenne, soit moins 60 euros par ménage, tandis que 5 % les plus aisés verront le leur augmenter de 1,6 %, soit plus 1 730 euros par ménage (grâce à la suppression de l’impôt sur la fortune, le prélèvement forfaitaire unique de 30 % sur les revenus du capital). Ces 5 % les plus aisés capteront à eux seuls 42 % des gains liés à la mise en oeuvre de la politique d’Emmanuel Macron. Murielle Pénicaud, ministre du Travail, va bénéficier de cette somme ! 

Comme en Allemagne, Emmanuel Macron veut transformer les chômeurs français en travailleurs pauvres. 

L’Allemagne connaît plus de 250 milliards d’euros d’excédent commercial par an, plus un excédent budgétaire entre 35 et 45 milliards d’euros. Mais à quel prix ! Des services publics délabrés, 4 routes sur 10 doivent être totalement refaites et 1 pont sur 2 doit être reconstruit. 

À Berlin, appelée « capitale des travailleurs pauvres », ce sont 93 % des salariés qui occupent des emplois en freelance. Et la conséquence maintenant visible, au-delà des salaires de misère, de ces contrats en freelance, ce sont des retraites à 350 euros par mois ! 

En Allemagne, à peine 60 % des travailleurs ont un emploi considéré comme normal, le reste occupe des emplois dits « atypiques » ou précaires. 13 % sont des temps partiels de moins de vingt heures hebdomadaires ! 1 travailleur sur 5 est payé à l’heure. Le taux de pauvreté en Allemagne atteint aujourd’hui 17 %, en France il est de 14 %. 

Le voilà, le fameux modèle allemand dont les médias spécialistes des questions économiques nous rebattent les oreilles ! Non merci ! 

Pour la mise en oeuvre de cette politique qui prétend liquider tous les acquis sociaux obtenus par la lutte, Macron cherche à intégrer les organisations syndicales à ses objectifs. Mais pour maintenir l’indépendance de leurs organisations ainsi menacées de destruction par l’intégration, de très nombreux militants syndicaux se mobilisent.

 La politique migratoire menée par Macron est la pire que la France ait connue depuis fort longtemps et certains n’hésitent pas à dire que c’est la pire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le très conservateur Washington Post confirme que malgré l’image humaniste et progressiste dont il aime se parer, Emmanuel Macron mène une politique migratoire d’une dureté sans précédent, digne du Front national, à l’encontre des migrants. Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est cette circulaire du 12 décembre qui autorise les contrôles d’identité dans les centres d’hébergement d’urgence. Bafouant ainsi le principe historique de l’accueil inconditionnel ! Ce qui a conduit de nombreuses personnalités médicales à s’émouvoir publiquement de la situation que fait subir Emmanuel Macron aux migrants. Deux d’entre elles, des médecins, lui ont d’ailleurs rendu leur décoration de la Légion d’honneur. 

La politique de généralisation de paupérisation ainsi que la maltraitance des migrants, ne serait-ce que sur ces deux plans, montre le fil conducteur d’un véritable changement de société où toutes les valeurs qui traditionnellement étaient portées très majoritairement en France sont attaquées. Ce sont les fondements de notre société qui sont remis en cause. 

Résister, oui, résister pour bloquer les contreréformes et battre ce gouvernement, c’est l’objet de l’appel, que je partage, du Comité national de résistance et de reconquête. Il lance une large invitation en juin prochain rassemblant des milliers de militants ouvriers et d’élus. 

IO487 

Editer les pages


Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
Aucun évènement à venir les 12 prochains mois