TOUS AUX COTES DU PEUPLE GREC !

jeudi 3 novembre 2011
par  poivitrolles
popularité : 18%

C’est avec la plus grande indignation que les travailleurs et le peuple français rejettent le discours de Sarkozy. Celui-ci
prétend dicter au peuple grec ce qu’il a le droit de faire, lui dire si un référendum est possible ou pas, quelle question doit
y être posée, et même la réponse qui doit y être apportée !
Non, monsieur Sarkozy, c’est pure usurpation de votre part que de prétendre parler au nom du peuple français dans ce
diktat adressé au peuple grec, « coupable » de se révolter contre le plan meurtrier dicté par les spéculateurs et les
banquiers. C’est pure usurpation de votre part de prétendre agir au nom de la démocratie, vous qui avez déjà piétiné le
vote du peuple français lors du référendum de 2005 sur la Constitution européenne et qui, aujourd’hui, menacez le
peuple grec des pires foudres à la seule évocation du mot : référendum.
Personne n’est dupe. Quand Sarkozy (et avec lui Merkel, Obama et les dirigeants du capital financier international) exige
du peuple grec qu’il renonce à toute souveraineté, tous les peuples d’Europe et du monde sont menacés. La brutalité de
la mise en garde de Sarkozy vise, à travers le peuple grec, le peuple français lui-même puisqu’elle intervient la veille de
l’annonce par Fillon d’un plan d’austérité renforcée.
Voila pourquoi le Parti ouvrier indépendant estime urgent que s’organise en France la mobilisation des travailleurs, des
jeunes et de toute la population aux côtés des travailleurs grecs contre les représentants du capital financier et contre
notre propre gouvernement de banqueroutiers et de spéculateurs.
Les travailleurs et le peuple grec ont le droit de dire non à un plan dicté par la troïka (FMI-Union européenne-BCE) qui
ampute les salaires et les pensions (jusqu’à 40 % !), liquide des pans entiers de la fonction publique (30 000
licenciements immédiats), liquide toutes les conventions collectives dans le secteur privé, et veut réduire un peuple libre
et souverain à un statut de peuple assujetti et misérable !
Le peuple grec, comme tous les peuples d’Europe, veut vivre libre. Il veut décider lui-même de son propre sort. Il refuse
de se voir « sacrifier » sur l’autel des profiteurs, spéculateurs, banquiers et capitalistes du monde entier. Le peuple grec
parle pour tous les peuples d’Europe en disant : « Cette dette n’est pas celle des travailleurs et des peuples. Que les
capitalistes payent leur propre dette ! Que les banquiers et les spéculateurs payent l’addition de leurs opérations
hasardeuses ! Nous ne reconnaissons à aucun gouvernement le droit de nous imposer leurs plans ! »
Le peuple grec a ouvert la seule voie qui permet de sortir du « piège » de la dette (et des critères de Maastricht
garantissant la stabilité de l’euro) dans lequel on veut enfermer tous les peuples d’Europe : la voie du soulèvement
légitime qui a déjà produit treize grèves générales et qui, d’une manière ou d’une autre, (y compris par le référendum)
balaiera demain les mesures meurtrières. Il a ouvert la voie au peuple portugais, au peuple d’Espagne, au peuple italien...
et il a préparé celle que devra emprunter aussi le peuple français pour sauver sa fonction publique, ses hôpitaux, sa
Sécurité sociale et son industrie de la délocalisation. Il a ouvert la voie à la reconquête de la souveraineté populaire et de
la démocratie qui exige de s’émanciper des carcans de l’Union européenne, de la Banque centrale européenne et du FMI.
Au moment où il est menacé d’être mis au ban de la « communauté internationale », il nous revient à nous, travailleurs
de toute l’Europe — particulièrement à nous travailleurs français — de manifester notre solidarité active et de dire à
notre gouvernement : « Bas les pattes devant le peuple grec ! »
Dans la continuité du meeting internationaliste qu’il a organisé le 1er octobre à Paris (meeting au cours duquel des
militants et responsables ouvriers de Grèce, de Grande-Bretagne, d’Allemagne, d’Espagne, du Portugal, d’Irlande ont
pris la parole auprès des orateurs français), le bureau national du Parti ouvrier indépendant, réuni samedi 5 novembre,
décidera des formes appropriées pour organiser la mobilisation en solidarité avec le peuple grec. D’ores et déjà, contact
est pris avec tous les partis et organisations qui se réclament de la défense des intérêts ouvriers afin de préparer une
réponse d’envergure, dans l’unité la plus large, à la provocation du président de la République française représentant des
seuls intérêts des banqueroutiers et des spéculateurs sans scrupules.
Les secrétaires nationaux du POI
Claude Jenet, Daniel Gluckstein, Gérard Schivardi, Jean Markun
Paris, le 3 novembre 2011, 12 heures

Editer le tract



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930