Face à Hollande et aux manœuvres qui se multiplient 70 % des français toujours pour le retrait de la loi travail !

jeudi 2 juin 2016
par  poivitrolles
popularité : 18%

 Mercredi 25 mai

A la veille de la nouvelle journée de grève et de manifestation interprofessionnelle pour le retrait de la loi El Khomri, Laurent Berger, dans une pleine page du Parisien, déclare « inacceptable » la revendication de retrait du projet de loi portée depuis presque trois mois par les confédérations CGT et FO, avec la FSU et Solidaires. 

Oui, mais... Les raffineries sont en grève, les blocages se multiplient partout, plus d’une station-service sur cinq est obligée de fermer. Même les sondages indiquent que près de 70 % des Français sont contre le texte. « Quel est le plan, en fait ? Où est la porte de sortie ? Je ne la vois pas », déclare, au journal Le Monde, un conseiller ministériel. C’est dire la crise au sein du gouvernement ! Cette crise va éclater au grand jour dans la matinée.

Sur France Info, le chef du groupe des députés PS, Bruno Le Roux, esquisse une « possibilité » de réécrire l’article 2 du projet de loi (l’article 2 rend prééminents les accords d’entreprise, pulvérisant les conventions collectives et l’actuel Code du travail).

Mais Manuel Valls, à l’Assemblée nationale déclare : « Il n’y aura ni retrait du texte ni remise en cause de l’article 2, car c’est le cœur de la philosophie du texte. »

Jeudi 26 mai

L’Agence France-Presse constate l’ampleur des manifestations, des grèves, des blocages sur les ports et aéroports, dans les centrales EDF, dans les raffineries, qui s’étendent aussi à de nouveaux secteurs : « Inédite sous un gouvernement socialiste depuis 1981, la mobilisation, entamée le 9 mars, est montée d’un cran depuis le week-end dernier. »

Cette fois-ci, c’est le ministre des Finances lui-même, Michel Sapin, sur LCP, qui tente une sortie : « Peut-être qu’il faut toucher à l’article 2 » sur certains « points », avance-t-il prudemment, contredisant les propos de Valls de la veille

Si bien que Valls, au même moment, sur RMC, est obligé de marteler une nouvelle fois : « Il est hors de question de changer le cadre. (…) il n’y aura pas de modification de la philosophie du texte (…) sur les grandes lignes du texte, l’article 2, c’est-à-dire la négociation dans l’entreprise, (…) il n’est pas question d’y toucher. »

 Michel Sapin est obligé de se dédire dans une déclaration transmise à l’AFP. « Ça sent la panique à bord du paquebot exécutif », commente l’hebdomadaire Le Point, sur son site Internet.

Vendredi 27 mai

Sentant la fragilité extrême du gouvernement, le président du Medef, Pierre Gattaz, tonne sur Europe 1 : « Il ne faut absolument pas céder. (…) Il ne faut surtout pas retirer cette loi (…) il ne faut surtout pas bouger cet article 2 qui entérine l’inversion de la hiérarchie des normes. »

La presse régionale constate l’étendue de la crise politique. Le Journal de la Haute-Marne : « La cacophonie ambiante, au sein même de la famille socialiste, en dit long sur l’affolement général (…). Désormais, tout le monde tire sur tout le monde : les manifestants sur le gouvernement, le gouvernement sur la CGT et inversement, les socialistes sur les socialistes... »

Midi libre : « Pour l’heure, c’est dans la majorité gouvernementale que les premiers signes de fissure sont venus (…). La tête de Manuel Valls est vraiment en jeu. »

Samedi 28 mai

Valls, dans Le Parisien, persiste et signe : « Ma responsabilité, c’est d’aller jusqu’au bout. Il n’y aura pas de retrait du texte, pas de retrait de l’article 2. »

Le journal Le Monde titre en une : « Un vent de panique se propage dans la majorité et gagne le gouvernement, à quelques jours de l’Euro de football. »

Lundi 30 et mardi 31 mai

François Hollande, contredisant un arbitrage de Manuel Valls, annule une coupe de 134 millions d’euros prévue dans le budget de la recherche.

Toute la presse annonce une « semaine décisive », avec des appels à la grève reconductible à la RATP, à la SNCF, alors que les contrôleurs aériens, les pilotes, les routiers, annoncent de nouvelles actions.

Et le 14 juin, est prévue une manifestation nationale, à Paris, avec un nouvel appel à la grève interprofessionnelle...

Telecharge



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930