Editorial Informations Ouvrières n°428

Un « éléphant », ça « Trump » énormément !
mercredi 16 novembre 2016
par  POI National
popularité : 8%

Un « éléphant », ça « Trump » énormément ! 

Jean-Paul Crouzet, membre du bureau national du POI 

Ce 15 novembre, c’était au tour des agents des finances pu - bliques d’être appelés à la grève par leurs syndicats CGT, FO et SUD. Comme les personnels de la santé, massivement mobilisés le 8 novembre à l’appel de leurs fédérations syndicales, ils veulent l’arrêt des suppressions d’emplois, des restructurations et fermetures de sites, le maintien des statuts particuliers… 

Aux hospitaliers, aux enseignants, aux postiers, aux agents d’EDF, aux cheminots, aux fonctionnaires, tous confrontés – comme le disait un syndicaliste postier dans Informations ouvrières no 426 – au « saccage prémédité de leur métier et de leur outil de travail », le gouvernement, les ministres répondent par les mêmes mensonges, le même mépris, le même refus d’entendre les légitimes revendications, comme ils l’ont fait en imposant à coups de 49 ter l’infâme loi travail. 

Croient-ils pouvoir ainsi longtemps contenir, détourner la colère qui monte ? 

C’est en tout cas un bien étrange ballet qui se joue depuis une semaine parmi ceux qui prétendent « faire l’opinion » ! Trump élu président, tous les candidats putatifs à l’élection présidentielle française cherchent à en faire un « argument » de campagne. L’inénarrable premier « éléphant » du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a ainsi immédiatement appelé à cesser les « enfantillages irresponsables »  ! Il s’agit de se rassembler derrière le candidat désigné par le PS pour éviter l’élection de Marine Le Pen. 

Experts, politologues, responsables politiques lui emboîtent le pas sous une forme ou une autre… La seule issue serait de désigner en 2017 le « moins pire » des postulants à la place du bonaparte… 

Croient-ils ainsi nous faire renoncer à défendre notre poste de travail, notre emploi, notre salaire, nos conventions collectives, notre statut, nos services publics, nos communes, les libertés démocratiques, le droit à l’instruction de nos enfants, celui à la sécurité sociale, à l’accès aux soins, à un logement adapté ? Croient-ils nous faire accepter l’avenir de précarité, de misère, de déchéance, dans lequel la politique des gouvernements successifs de gauche comme de droite entraîne des couches de plus en plus larges de la population ? 

Non ! « Cela suffit ! », comme le clament les fédérations CGT, FO, SUD de la santé et de l’action sociale, qui « proposeront à leurs instances nationales une nouvelle journée de grève et de manifestation pour le premier trimestre 2017 ». Elles ont raison. 

Ainsi commence à se dessiner concrètement le heurt, le choc entre la « solution » institutionnelle que tous les tenants de l’ordre établi placent, de l’extrême gauche à l’extrême droite, dans l’élection présidentielle, et la solution ouvrière, à travers la grève, la lutte de classe contre le gouvernement et sa politique, autour des organisations de classe. 

Comme l’indique la lettre du bureau national du POI du 11 novembre : « La préparation de l’affrontement général avec ce gouvernement trouve naturellement sa place dans la bataille pour les comités de liaison et d’échanges lancés à la conférence nationale du 4 juin. » Elle appelle les comités du POI à renforcer le POI et à organiser pour cela des réunions ouvertes de remise de cartes 2017. 

Editer les pages



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930