Grève totale sur le site pétrochimique de Berre depuis le mardi 27 septembre contre la fermeture de la raffinerie LyondellBasell.

mardi 4 octobre 2011
par  poivitrolles
popularité : 12%

Des adhérents des comités POI d’Arles/Tarascon et de Vitrolles se sont rendus sur place lundi 3 Octobre. Plusieurs discussions ont été engagées avec des grévistes présents à qui nous avons pu présenter « l’Appel des 160 » et notre journal Informations Ouvrières, des coordonnées ont été échangées pour poursuivre la discussion.
Rencontres sur un piquet de grève ‘(extraits)
1 jeune ouvrier gréviste : « je ne suis pas salarié à la raffinerie, je travaille sur le site, ma compagne aussi, je sais très bien que si la raffinerie ferme maintenant notre tour viendra et très vite, c’est pour ça que je suis en grève maintenant. »
1 délégué syndical nous explique :
« notre raffinerie ce sont 370 emplois directs, avec la fermeture de la raffinerie c’est tout le site pétrochimique de Berre qui est en danger : 1250 emplois, autant dans la sous-traitance, 5 fois plus en emplois induits. Ici nous le savons tous, c’est pourquoi depuis le 27 septembre la grève est totale sur tout le site et nous avons organisé depuis vendredi le blocage de Caban ( site LyondellBasell de Fos) ; je pense que , tout à l’heure l’ assemblée générale va reconduire ».

L’UFIP (Union Française des Industries pétrolières) a déclaré que sur les 115 raffineries présentes en Europe, entre 20 et 30% devront faire l’objet de restructuration. La raffinerie Total de Dunkerque a fermé en 2010 et le site Pétroplus de Reichstett (Bas-Rhin) en juin 2011, aujourd’hui c’est Berre. Ne penses-tu pas qu’un appel en direction de toutes les autres raffineries serait nécessaire ?
Le délégué syndical : « il ya eu des AG sur d’autres raffineries, notamment à Donges en Loire-Atlantique, mais c’est difficile… »

Beaucoup d’élus viennent vous voir en ce moment, ne serait-il pas bon qu’ils prennent position pour que le gouvernement bloque la fermeture et garantisse le maintien de tous les emplois ?
Le délégué syndical : « on nous a annoncé une réunion de tous les élus du département le 10 octobre à la mairie de Berre… »

Invités à assister à l’assemblée générale prévue à midi devant la raffinerie, nous avons constaté :

5 à 600 salariés étaient présents à l’assemblée générale.
Plusieurs portes paroles des syndicats sont intervenus successivement au micro afin de faire un point sur la situation.

Le premier intervenant CGT prend la parole en expliquant aux salariés que cette mobilisation sans précédent continue de progresser puisque le site Lyondell Basell de Fos est également bloqué.
Un autre intervenant CGT explique que : « des propositions ont été faites par les organisations syndicales pour arrêter la grève (…) Pour sortir du conflit avec des perspectives à court/moyen terme ». Et que dans l’attente de réponse de la Direction il fallait continuer la bataille.

L’intervenant CFDT prend la parole en expliquant qu’une rencontre a été possible avec François Hollande grâce à un salarié de l’usine et demande aux grévistes présents d’applaudir ce salarié (applaudissements modérés). Il continue son discours en se focalisant sur le PS et 2012 et prétend que « le PS s’engage pour l’avenir du site » sans donner de précisions Certains grévistes expriment leurs doutes ouvertement
L’intervenante CFTC lit le message de F.Hollande où il déclare qu’il va intervenir auprès du gouvernement pour qu’il veille à ce que Lyondell Basell respecte le droit Européen afin que les salariés bénéficient d’une bonne prime de licenciement et d’un PSE » (Plan de Sauvegarde de l’Emploi) . Immédiatement, les salariés réagissent en huant et sifflant.
Un représentant CGC fera une brève intervention dans la continuité des précédentes avant de laisser la place à un délégué CGT qui siège au comité Européen du groupe.
Ce dernier précise « Notre volonté est de sortir de ce conflit avec la tête haute(…)Nous ne nous battons pas contre la fermeture de la raffinerie mais pour pérenniser l’ensemble du site, nous voulons examiner toutes les pistes »
Il est ensuite procédé au vote pour la continuation du mouvement de grève :
• 4 salariés votent contre la reconduite
• 1 salarié s’abstient
• Tous les autres votent pour la poursuite de la grève.

Le résultat de ce vote prouve une nouvelle fois que les salariés, malgré les difficultés et les obstacles, n’acceptent pas d’être sacrifiés.



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930