Non à la dictature du FMI et de la Banque Centrale Européenne !

samedi 11 juin 2011
par  poivitrolles
popularité : 19%

En Grèce, des dizaines de milliers de jeunes et de travailleurs manifestent sur les mots d’ordre : « Dehors la troïka ! ». La « troïka », c’est le Fonds monétaire international, l’Union européenne et la Banque centrale européenne (BCE) qui dictent leur loi ! Le gouvernement grec Papandréou (PS) avait déjà baissé les salaires et les pensions. Il vend maintenant le pays aux spéculateurs : l’électricité, les transports, les autoroutes, les ports, la poste, les chemins de fer, les télécoms, même les îles et les plages… tout devrait être privatisé !

En Espagne, la population subit le plan d’austérité du gouvernement Zapatero (PS) jetant des millions de jeunes au chômage !

Au Portugal, le chef du nouveau gouvernement Passos Coelho (droite) vient d’annoncer qu’il appliquera le plan de rigueur dicté de Washington par le FMI !

Partout en Europe cette offensive de destruction est menée au nom de la réduction des déficits publics.

Et maintenant, ils veulent aller plus loin : le gouverneur de la Banque centrale européenne demande que « les autorités européennes aient le droit d’opposer leur veto à certaines décisions de politique économique nationale. Cette compétence pourrait en particulier concerner les principaux postes de dépense budgétaire et les facteurs déterminants pour la compétitivité du pays » (cité par Libération, daté du 3 juin).

Il ne leur suffit plus que les gouvernements taillent à la hache dans les dépenses de santé, d’école, de protection sociale, bloquent les salaires, suppriment des milliers de postes dans la fonction publique…

Ils veulent maintenant soumettre les institutions de tous les pays à leur botte !

Mais n’est-ce pas ce que prépare, en France, le projet de réforme constitutionnelle du gouvernement qui vise à inscrire dans la Constitution la résorption des déficits publics exigée par l’Union européenne ?

Nous sommes plus de 41 000 travailleurs et jeunes de toutes tendances politiques et syndicales qui disons, à l’appel du POI : « La défense de la démocratie exige que, sous aucune forme, les besoins du peuple et les conquêtes sociales collectives des travailleurs ne soient soumis aux politiques de réduction des déficits publics dictées et imposées par l’Union européenne. »

SIGNEZ L’APPEL NON A LA DICTATURE DE LA RESORPTION DES DEFICITS PUBLICS

ORGANISONS-NOUS

Voir le tract Tract du 10 juin 2011



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930