Informations Ouvrières n°474

« Contribuer au regroupement des forces nécessaires afin d’arracher la victoire »
mercredi 11 octobre 2017
par  POI National
popularité : 14%

« Contribuer au regroupement des forces nécessaires afin d’arracher la victoire » 

Jean-Paul Crouzet, membre du bureau national du POI 

Ce mardi 10 octobre, à l’appel de toutes leurs organisations syndicales, les fonctionnaires seront massivement en grève et en manifestation contre la politique du gouvernement Macron. Dans mon département, le Rhône, les syndicats enseignants annoncent que la grève est très majoritaire dans les écoles avec des dizaines d’entre elles fermées. 

Et, à cela, les motifs ne manquent pas ! Quel que soit l’enfumage gouvernemental – É. Philippe parlait ce lundi de « neutralisation totale de l’impact de la hausse de la CSG » pour les fonctionnaires – l’augmentation de la CSG, avec poursuite du blocage du point d’indice et mise en place du jour de carence, sans parler des menaces sur les pensions, tandis que les plus fortunés se goinfrent de milliards d’euros de cadeaux fiscaux, c’est totalement insupportable ! Et la décision de supprimer des dizaines de milliers d’emplois aidés et de postes de fonctionnaires se traduit par une violente dégradation des conditions de travail dans des secteurs déjà sous tension… 

Comme l’affirme à juste titre l’intersyndicale des syndicats de l’Éducation nationale CGT, FO, FSU, Unsa, CFDT, SUD du Rhône : « Pendant qu’il signe des ordonnances remettant en cause le Code du travail, le gouvernement s’en prend également aux fonctionnaires : c’est la régression sociale dans tous les secteurs ! » 

Aussi, la même volonté de s’opposer au coup d’État social gagne tous les secteurs. Des appels à la grève le 10 octobre ont été lancés dans plusieurs secteurs hors fonction publique. Mais le rejet est plus général. Réagissant aux coupes prévues dans le projet de budget 2018, « c’est peu dire que les élus locaux en ont “gros sur la patate” et que les coupes sèches opérées ces trois dernières années dans les dotations ne sont pas encore digérées », nous indique Le Courrier des maires. 

Pourtant, dans cette situation, certains discours détonnent. Interviewé par Les Échos au sujet de la mobilisation de la fonction publique, à laquelle son organisation appelle, Laurent Berger lui fixe l’objectif « que l’État respecte sa parole et qu’Emmanuel Macron tienne ses engagements »  ! Au journaliste étonné, qui lui demande de préciser, il indique qu’il fait référence aux « promesses » qui auraient été faites pendant la campagne électorale et au protocole PPCR ! À l’opposé donc des revendications formulées dans la multitude d’appels syndicaux qui s’opposent à la politique du gouvernement Macron ! 

Interrogé sur la réunion interprofessionnelle prévue le 9 au soir, il martèle : « Il ne faut pas mentir aux salariés en leur faisant croire que l’on peut obtenir le retrait de la réforme du Code du travail (…). Mais nous avons d’autres sujets sur la table – assurance chômage, formation… » 

À l’inverse, travailleurs et militants veulent combattre et se saisissent de leurs organisations syndicales afin de pouvoir arracher, dans l’unité, leurs revendications vitales qui exigent de stopper les contre-réformes gouvernementales, à commencer par les sinistres ordonnances Macron. 

En constituant samedi 14 octobre le Comité national de résistance et de reconquête pour la défense des acquis de 1936 et 1945, les militants présents – acteurs déterminés des mouvements de résistance en cours – se fixeront l’objectif de « contribuer au regroupement des forces nécessaires afin d’arracher la victoire 

IO474 

Editer les pages



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930