Editorial Informations Ouvrières n°472

Dialogue social ?
mercredi 27 septembre 2017
par  POI National
popularité : 6%

Dialogue social ?

Jean-Simon Bitter, membre du bureau national du POI 

Les manifestations syndicales des 12 et 21 septembre pour le retrait des ordonnances ont regroupé des dizaines de milliers de travailleurs. De façon éhontée, les médias aux ordres du patronat et du gouvernement les ont présentées comme des échecs. Et alors que la manifestation initiée par La France insoumise contre le coup d’État social a été un immense succès, les mêmes médias l’ont qualifiée d’échec. 

Et quand les ordonnances renvoient au niveau de la branche ce qui était du domaine de la loi, permettant ainsi la dislocation des droits acquis, nous entendons les mêmes contrevérités sur la prétendue préservation des branches. 

Alors il faut être très prudent quand on lit les communiqués officiels. Dans le rapport au président de la République publié au Journal officiel, on lit que le quatrième axe des cinq ordonnances « apporte de nouvelles garanties pour les délégués syndicaux et les élus du personnel qui s’engagent dans le dialogue social ». 

Cette formulation a été choisie avec soin et avec une intention qu’il faut décrypter. On peut en conclure que le principe d’égalité de traitement entre syndicats ne sera plus respecté puisque ceux « qui s’engagent dans le dialogue social », selon le point de vue de Macron et du patronat, seront traités différemment. 

Prenons un exemple. Dans la filiale française d’une compagnie d’assurances multinationale, le patron a obtenu la signature d’un accord qui impose aux salariés l’équivalent de cinq jours de travail non payés. Les syndicats FO et CGT n’ont pas signé et ont saisi le TGI qui a annulé l’accord comme contraire au Code du travail. Seront-ils considérés par le patron et le gouvernement comme « s’engageant dans le dialogue social » ? 

Ce gouvernement en crise qui est le plus impopulaire depuis longtemps s’arroge le droit de détruire des décennies de conquêtes sociales et de qualifier les grèves et manifestations avec mépris. Alors comment seront considérés les syndicats CGT et FO des routiers en grève pour leurs revendications et le retrait des ordonnances ? Comment seront considérés les syndicats unis dans la grève et les manifestations pour l’abrogation de la loi El Kohmri et le retrait des ordonnances ? 

La signification profonde de ces exemples est que la destruction du Code du travail s’accompagne d’une volonté de détruire les syndicats et les confédérations ouvrières indépendantes, ce que démontre également l’histoire des luttes de la classe ouvrière. 

La lutte pour obtenir le retrait des ordonnances s’amplifie. C’est l’avenir de la classe ouvrière et de la jeunesse qui est en jeu. C’est aussi l’avenir des organisations syndicales indépendantes, qui sont étroitement liées aux conquêtes sociales, dont au premier chef celles arrachées en 1936 et 1945. 

IO471 

Editer les pages



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930