Le gouvernement Hollande aux ordres de l’Union européenne veut casser la Sécurité sociale

mercredi 23 avril 2014
par  poivitrolles
popularité : 8%

Le gouvernement Hollande-Valls vient d’adopter son « programme de stabilité » pour l’envoyer à Bruxelles.

• D’un côté, 50 milliards d’euros de coupes dans les budgets publics, ceux des collectivités territoriales et celui de la Sécurité sociale.

• De l’autre, 30 milliards d’euros d’exonération de cotisations sociales offerts au patronat.

Un programme « de stabilité » tout entier tourné contre les travailleurs, contre toute la population.

Il faut faire connaître chacune des mesures contenues dans ce plan scélérat.

Ainsi, les patrons seront, entre autres, totalement exonérés des cotisations accident du travail-maladie professionnelle pour les salaires jusqu’à 1,3 Smic.

Pour la seule année 2012, il y a eu 640 891 accidents du travail avec arrêt, 40 136 incapacités permanentes et 558 décès.

Honte à ce gouvernement qui organise méthodiquement le démantèlement de la Sécurité sociale !

Il annonce qu’il entend faire « 11 milliards d’euros d’économies sur les dépenses de protection sociale » : sont ainsi frappés, l’assurance chômage, les prestations familiales, le logement, l’invalidité.

Et encore « 10 milliards d’euros d’économies sur l’assurance maladie » : là, il s’attaque au droit à l’hospitalisation et au remboursement des médicaments.

Ce programme de réaction devrait être soumis au vote de l’Assemblée nationale le 29 avril.

Car Hollande et Valls doivent le présenter à la Commission européenne pour contrôle avant le 7 mai, cela en application du traité européen TSCG.

Face à la crise qui secoue les rangs mêmes de la majorité gouvernementale, des députés de droite s’apprêtent à prêter main-forte au gouvernement afin qu’il puisse, coûte que coûte, faire passer son plan.

L’UMP Frédéric Lefebvre (ancien ministre de Sarkozy) déclare : « En homme de droite moderne, je veux le succès du pacte de responsabilité. »

De son côté, l’Union européenne salue avec ce plan « l’engagement renouvelé du gouvernement français » et « accueille favorablement la baisse des charges sur les salaires ».

Pour l’Union européenne la Sécurité sociale fondée sur le salaire différé est une anomalie !

Le salaire différé, qui appartient aux travailleurs et qui constitue les ressources de la Sécurité sociale, doit être confisqué !

Et, à l’approche des élections au prétendu « Parlement » européen, on nous chante, à nouveau, la fable de « l’Europe sociale ».

Le Parti ouvrier indépendant a lancé un appel à se regrouper dans tout le pays pour dire :

« C’est tromper les travailleurs, les jeunes, les retraités que de laisser croire qu’il serait possible au Parlement européen d’infléchir la politique de l’Union européenne et de la BCE !

C’est les tromper que de les appeler à voter au nom d’une “Europe sociale”, du “dialogue social européen” ou d’un “pacte social européen”, verbiage creux qui nous est servi depuis vingt ans pour accompagner la liquidation pure et simple des droits acquis dans chacun de nos pays !

Le peuple français a dit non à la “Constitution européenne” en mai 2005. Depuis, les gouvernements successifs ont piétiné son choix, ratifié le traité TSCG en 2012, violant la démocratie la plus élémentaire.

C’était non en 2005 ! Ce sera non en 2014 !

Travailleurs, jeunes, militants, affirmons ensemble cette exigence : les traités de l’Union européenne doivent être dénoncés, l’Union européenne, ses institutions, sa Banque centrale, son prétendu Parlement, doivent être démantelés. »

Prenez connaissance de cet appel. Signez-le, faites-le signer autour de vous.

Prenez connaissance dans Informations ouvrières, journal du POI, du détail du plan de 50 milliards d’euros de coupes du pacte de responsabilité du gouvernement.

PDF - 107.6 ko


Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930