Face à une abstention record et un rejet massif Hollande persiste et signe

mercredi 9 avril 2014
par  poivitrolles
popularité : 8%

« Un gouvernement de combat » : c’est en ces termes que François Hollande a justifié la désignation de Manuel Valls comme Premier ministre. Celui-ci s’est engagé à « aller encore plus loin et plus vite » que son prédécesseur.

Combat ? Contre quoi, contre qui ?

En mettant l’accent sur la réduction brutale des cotisations à la Sécurité sociale, Hollande met à l’ordre du jour l’asphyxie financière délibérée de la Sécurité sociale, donc sa destruction.

Là est la priorité de l’action anti-ouvrière du gouvernement Valls.

Avec bien sûr, à la clé, le fameux pacte de responsabilité : 50 milliards d’euros de coupes dans la dépense publique, 30 milliards d’euros de cotisations patronales aux allocations familiales supprimés !

C’est le rejet de cette politique qui s’est exprimé aux élections municipales.

Le peuple, les travailleurs des villes et des campagnes ont dit : cela suffit ! Stop ! Assez ! Nous voulons vivre !

Assez d’attaques contre les retraites ! Assez de licenciements ! Assez d’attaques contre l’école (réforme des rythmes scolaires) ! Assez d’attaques contre la Sécurité sociale ! Assez d’attaques contre la libre administration des communes (intercommunalité forcée et métropoles) !

Et contre vents et marées, Hollande prétend continuer.

Telle est la logique de la soumission aux institutions de la Ve République et de l’Union européenne, instruments au service des intérêts de la classe capitaliste et des marchés financiers.

Elle ne laisse pas d’autre choix au peuple travailleur que de dénouer lui-même par sa propre action cette situation d’impasse.

Quel travailleur, quel jeune, quel chômeur, quelle mère de famille peut adhérer à la fable de la prétendue démocratisation de l’Union européenne ?

Qui peut croire un seul instant qu’un bon vote pour le Parlement européen changerait la logique destructrice de l’Union européenne ?

Les peuples de toute l’Europe en ont fait l’expérience : c’est la dévastation de la Grèce, du Portugal, et maintenant de l’Ukraine. C’est, en France, le pacte de responsabilité et l’austérité.

Seule la mobilisation de l’immense majorité du peuple travailleur avec ses organisations pourra balayer cette politique et ouvrir la voie à la reconquête de tous nos droits.

Discutons-en, agissons ensemble,

PDF - 251 ko
Le comité de Vitrolles du POI vous propose de participer à une

assemblée vendredi 11 Avril 18h30

salle du Bartas (Petite Garrigue)



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930