Le ministre Peillon s’en prend maintenant aux collèges et aux lycées…

samedi 30 novembre 2013
par  poivitrolles
popularité : 18%

Le ministre Peillon est déjà connu. Et pour cause !

Sa réforme des rythmes scolaires provoque un rejet dans tout le pays. Enseignants, parents d’élèves et élus refusent l’éclatement de l’Éducation nationale en autant de projets locaux, commune par commune.

Le 5 décembre, une grève nationale est appelée de manière convergente. Le syndicat enseignant SNUipp-FSU revendique « la suspension de la réforme des rythmes scolaires ». Les fédérations FO, CGT, SUD des enseignants et des personnels territoriaux revendiquent « la suspension immédiate de la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires et l’abrogation du décret ».

Face à ce rejet grandissant, le ministre Peillon non seulement s’entête mais s’attaque maintenant aux statuts des enseignants, avec ce qu’il appelle son « acte II de la refondation de l’école ».

… en s’attaquant aux statuts des enseignants

Jusqu’à présent, les élèves des lycées et des collèges ont droit aux mêmes programmes nationaux, leurs professeurs devant leur enseigner la discipline pour laquelle ils sont recrutés comme fonctionnaire d’Etat.

Selon les propositions du ministre, le conseil d’administration de chaque établissement pourrait définir les tâches des enseignants et leurs horaires de travail.

Par exemple, le professeur de mathématiques n’aurait pas les seules mathématiques à enseigner mais devrait se plier au projet d’établissement, enseigner d’autres disciplines, faire du « scolaire » et du « périscolaire » et travailler au « contrat d’objectifs » avec la collectivité territoriale, les entreprises, les associations.

Les statuts des enseignants voleraient en éclats ainsi que l’égalité du droit à l’instruction.

C’est ce que le ministre Peillon ose proposer aux organisations syndicales.

C’est un fait, dans les collèges et les lycées comme à l’école primaire, ils veulent éclater l’Éducation nationale en autant de projets éducatifs territoriaux, en autant de projets d’établissement dépendant des collectivités territoriales.

La raison de cette contre-réforme ? L’Union européenne exige la baisse du coût du travail et la mise en concurrence des travailleurs. C’est pour cela que le gouvernement Hollande-Ayrault, inféodé à l’Union européenne et au Medef, veut casser le cadre national des programmes et des diplômes qui servent de base aux conventions collectives nationales.

Le rejet de cette politique grandit dans le pays

Pour débattre de ces questions, le POI vous invite à la prochaine réunion de son comité de Vitrolles le vendredi 13 décembre salle du Bartas la petite Garrigue à 18heures30.


Jeunes, travailleurs,prenez contact avec le POI

Nom, prénom :……………………………………………………………………………………………………………………….

Adresse :……………………………………………………………………………………………………………………………...

E-mail : ……………………………………………………………………………………………………………………………….



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930