Réforme des rythmes scolaires, loi Peillon STOP !

dimanche 3 novembre 2013
par  poivitrolles
popularité : 18%

Face à la colère qui monte des enseignants, des parents et de nombreux élus, face aux grèves qui se multiplient, ceux qui ont approuvé la réforme des rythmes scolaires (les députés du PS, du Front de gauche et des Verts en votant pour la loi de refondation de l’école de Vincent Peillon) ou qui en ont soutenu le principe (c’est le cas de l’UMP) regrettent « le manque de concertation » ou « l’insuffisance des moyens », ou encore réclament « plus de temps » pour « surmonter les dysfonctionnements ».

Qui peut croire qu’il s’agirait d’un « manque de dialogue » ou encore de « dysfonctionnements » liés à la mise en œuvre du décret sur les rythmes scolaires ? Le dysfonctionnement n’est-il pas dans la nature même de ce décret qui « territorialise » l’école, c’est-à-dire multiplie les situations différentes d’une commune à une autre ? N’est-ce pas le mélange entre scolaire et périscolaire, organisé par le décret, qui crée immanquablement le chaos ?

Cette « réforme » vise à transférer la responsabilité de l’école publique aux communes et remet en cause le caractère national de l’instruction.

Ce que veulent les parents, les enseignants, c’est la non-application et l’abrogation du décret !

Le 3 octobre 2013, 95 % des instituteurs d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) étaient en grève, avec leurs organisations syndicales (FSU, FO, SUD, CGT), pour exiger du maire qu’il suspende immédiatement la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires.

Le 14 octobre 2013, à Paris, à l’appel des mêmes organisations syndicales, un millier d’enseignants se rassemblaient devant l’Hôtel de Ville pour exiger la suspension immédiate de cette même réforme des rythmes scolaires.

Car partout où la réforme s’applique, les faits sont là : c’est une catastrophe pour les parents, les enseignants et les enfants qui perdent tout repère.

Et maintenant, les fédérations syndicales enseignantes et des personnels territoriaux (FO, CGT, SUD) appellent nationalement à la grève le 14 novembre.

Quant aux communes, on constate que certaines qui l’avaient mise en place font marche arrière, comme Crillon, Haucourt, Vrocourt et Martincourt, dans la Somme. D’autres annoncent déjà leur refus de l’appliquer en 2014. A plus de 400, les maires de l’Oise, réunis en congrès le 19 octobre, ont adopté une motion proposant « une remise à plat de la réforme » et en en demandant le report.

Près de 70 élus ont présenté et soutenu une motion du même type au congrès des maires et adjoints de la Creuse le 12 octobre.

Réforme des rythmes scolaires, fiscalité, réforme des retraites, fermeture d’entreprises… la politique de ce gouvernement aux ordres de l’Union européenne provoque exaspération et colère.

Dans le domaine de l’école, comme dans tous les autres, la défense des intérêts ouvriers et populaires appelle la réalisation de l’unité pour bloquer les plans anti-ouvriers du gouvernement

Pour débattre de ces questions, le POI vous invite à participer à ses réunions publiques.


Meeting régional du POI à Marseille

sous la présidence de Claude Jenet, Secrétaire national

et avec la présence de Daniel Gluckstein et Gérard Schivardi, Secrétaires nationaux

Samedi 23 novembre 2013 à 15 h.

Château des Fleurs – 16 bd Michelet – 13008

(Métro Rond-Point du Prado)



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930