L’école publique relève de la République, pas des territoires !

jeudi 24 octobre 2013
par  poivitrolles
popularité : 18%

Tous les témoignages de parents, d’enseignants, de personnels confrontés à la réforme des rythmes scolaires concordent : là où la réforme des rythmes scolaires de la loi Peillon s’applique, c’est une catastrophe !

Dans les 18 % des communes qui l’ont mise en place, c’est le maire qui décide l’organisation du calendrier scolaire.

A Paris, où le maire PS, Bertrand Delanoë, a fait passer son projet en force, c’est le chaos dans les écoles : les salles de classe réservées jusqu’alors à l’instruction sont utilisées par toutes sortes d’intervenants, pour toutes sortes d’activités. C’est la porte ouverte aux associations de toutes sortes ! Les horaires varient d’un jour à l’autre, d’une école à l’autre ! Les enfants fatigués, désorientés, ne savent plus où ils en sont !

Les enseignants, les personnels, les parents demandent la suspension immédiate de la réforme

Cette réforme, décidée par le maire dans le cadre d’un « projet éducatif territorial » variable d’une commune à l’autre, dépendant de la richesse de la commune, fait éclater le cadre national de l’école.

Le gouvernement voudrait imposer la réforme Peillon, reliée à son projet d’« acte III de la décentralisation », à toutes les écoles de toutes les communes à la rentrée 2014.

Ce serait alors la fin de l’Education nationale.

C’est cela que l’ensemble des députés PS, Front de gauche et Verts ont voté à l’Assemblée nationale.

Mais dans les écoles, enseignants, animateurs et parents veulent que cela s’arrête ! Dans cet arrondissement de Paris, c’est l’ensemble des directeurs d’école qui dénoncent « le projet territorial qui produit au quotidien ses effets dévastateurs ».

A Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, les enseignants appellent dans l’unité de tous leurs syndicats à la grève et à un rassemblement à la mairie le 3 octobre pour « la suspension immédiate de la réforme ».

Parents, enseignants, personnels ne veulent pas de la dislocation de l’école, pas plus que les maires veulent la dislocation de la République prévue par l’« acte III de la décentralisation » avec son projet de loi sur les métropoles.

Réforme Peillon, territorialisation de l’école, « acte III de la décentralisation » avec la métropolisation, budget d’austérité aux ordres de l’Union européenne, contre-réforme des retraites… Est-il légitime de constater que ce gouvernement poursuit et aggrave dans tous les domaines la politique du gouvernement précédent ? Est-il légitime de dire qu’aucune concession, aucune complaisance ne peut être tolérée à son encontre ?

Venez en discuter. Le POI organise des meetings dans toutes la France

MEETING REGIONAL

SAMEDI 23 NOVEMBRE A 15 HEURES

Château des Fleurs, 18 bd Michelet 13008 Marseille (Métro Rond-point du Prado)

Avec

Gérard SCHIVARDI, Claude JENET et Daniel GLUCKSTEIN
Secrétaires nationaux du Parti Ouvrier Indépendant



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930