Machination contre nos retraites !

lundi 24 juin 2013
par  poivitrolles
popularité : 12%

Acte 1 : mercredi 29 mai, la Commission européenne exige une nouvelle « réforme » des retraites en France visant à « adapter les règles d’indexation, les âges minimum et de taux plein, la période de contribution et les régimes spéciaux, mais en évitant d’augmenter les contributions des employeurs aux régimes de retraites ». C’est la même musique dans tous les pays de l’Union européenne.

Acte 2 : vendredi 14 juin, la commission Moreau constituée par le gouvernement rend la feuille de route et ses propositions :

« allonger la durée de cotisation à 43 et 44 ans »  ;

« augmenter les cotisations » ;

• diminuer les retraites par « augmentation de la CSG (de 6,6 % à 7,5 %) » et par « diminution de l’abattement fiscal automatique de 10 % »  ;

« fiscaliser les majorations de pensions » pour les parents de trois enfants ;

• modifier « le mode de calcul de la retraite des fonctionnaires » basé sur les 6 derniers mois en la calculant sur « les 3 à 10 dernières années » ;

Acte 3 : François Hollande déclare que « les partenaires sociaux allaient être associés et consultés sur cette réforme ». Jean-Marc Ayrault précise le programme qu’il fixe à la conférence sociale des 20 et 21 juin : « Les partenaires sociaux, les représentants de la fonction publique, débattront et discuteront des meilleures réponses, des meilleures solutions. » En clair, choisir ensemble la façon dont les retraites seront attaquées ! Et il annonce un projet de loi « avant la fin de l’été ».

C’est une tentative d’instaurer un ordre social corporatiste où les syndicats ouvriers, intégrés à l’Etat, coorganiseraient avec l’organisation patronale, une contre-réforme des retraites.

Le POI, qui vient de tenir son IVe Congrès, s’adresse à tous : « Face à l’ultimatum adressé par l’Union européenne au gouvernement français pour le sommer de boucler la contre-réforme des retraites avant la fin 2013 , les travailleurs ne sauraient être dupes des déclarations de Hollande qui prétend résister tout en s’engageant à mettre en œuvre les contre-réformes.

Quant au mouvement ouvrier, il ne saurait accepter de s’intégrer de quelque manière que ce soit à l’élaboration de cette contre-réforme.

Bien au contraire ! Le combat pour la rupture avec l’Union européenne, c’est maintenant, tout de suite, le combat pour l’indépendance des organisations ouvrières, la mobilisation autour de la vieille revendication du mouvement ouvrier :

“Ne touchez pas à nos retraites, elles sont partie intégrante de notre salaire différé !” »

Prenez connaissance du dossier publié par Informations ouvrières.


Prenez contact avec le POI.

Nom, prénom :………………………………………………………………………………………………………….

Adresse :………………………………………………………………………………………………………………...

E-mail : ………………………………………………………………………………………………………………….



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930