Florange : pour le maintien de tous les emplois sur place !

jeudi 13 décembre 2012
par  poivitrolles
popularité : 18%

30 novembre : le gouvernement signe un accord avec Mittal ; les hauts-fourneaux de Florange ne redémarreront pas, 600 ouvriers y travaillaient.

10 décembre : les sidérurgistes d’Arcelor Mittal de Basse-Indre, en Loire-Atlantique, se mettent en grève avec leurs syndicats contre la fermeture de deux lignes de production. Ils disent : « La direction nous dit que c’est pour sauver des emplois à Florange qu’on en supprime soixante ici. On ne veut pas de la division ; on est tous unis pour le maintien des emplois sur tous les sites d’Arcelor Mittal. » Au même moment, à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), les sidérurgistes d’Arcelor Mittal sont aussi en grève. Un syndicaliste déclare : « Nous sommes solidaires de Florange, s’il faut monter à Florange pour redémarrer le haut-fourneau, on le fera. Mais la grève à Fos, c’est sur les conditions de travail, les salaires et l’embauche des intérimaires. »

A Dunkerque (Nord), la direction de Mittal a annoncé qu’un haut-fourneau ne redémarrerait pas en janvier.

Basse-Indre, Fos-sur-Mer, Dunkerque, Florange : la question posée est bien celle de l’unité pour le maintien des 20 000 emplois à Arcelor Mittal, de tous les emplois sur tous les sites, le redémarrage des hauts-fourneaux.

En signant l’accord avec Mittal, le Premier ministre a rejeté la nationalisation, même temporaire, au profit du « pacte de compétitivité » qui vise à baisser le coût du travail, donc à détruire tous les droits ouvriers, conformément aux directives de l’Union européenne.

Et Mittal, se félicitant de cet accord, ferme les hauts-fourneaux et supprime les emplois : mille dans un premier temps !

A Florange, le sous-préfet de Thionville a pour mission de mettre en place un comité de suivi de l’accord passé entre Mittal et le gouvernement.

Les syndicats FO et CGT de Mittal ont refusé de siéger dans ce comité de suivi qui a pour objectif de liquider les emplois.

En Lorraine, 45militants du PS, du PCF, du PG, du POI, des élus, des syndicalistes des communes sidérurgistes de Lorraine viennent de lancer un appel :

Pour l’unité, pour la montée de toute la population au gouvernement pour aller chercher :

—le redémarrage des hauts-fourneaux, avec les embauches nécessaires ;

—le maintien de la totalité du site de Florange ;

—le maintien de tous les emplois.

N’ont-ils pas raison ? N’est-ce pas ce mouvement que devraient appuyer tous les partis, tous les élus se réclamant de la classe ouvrière ?

Le POI, qui combat pour sa part pour la nationalisation sans indemnités ni rachat de Mittal, appuie sans réserve ce mouvement.

Tract du mardi 13 novembre



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930