Le simple respect de la démocratie exigerait de renoncer à la ratification du traité de Bruxelles

vendredi 27 avril 2012
par  poivitrolles
popularité : 12%

République tchèque, 21 avril : à l’appel des syndicats, cent vingt mille travailleurs manifestent à Prague pour s’opposer aux mesures gouvernementales contre les retraites et le système de santé. Mesures « justifiées » par le gouvernement au nom de la réduction des déficits publics.

Comme les travailleurs espagnols en grève générale le 29 mars, les travailleurs tchèques disent :
« Nous devons nous serrer la ceinture à cause des dettes, mais ce n’est pas nous qui les avons faites. »

Pays-Bas, 21 avril  : la coalition gouvernementale éclate. Elle a été incapable de trouver un accord autour d’un plan de 16 milliards d’euros d’économies pour « réduire le déficit public ». Immédiatement, les agences de notation menacent les Pays-Bas de la perte de leur note AAA.

France, 22 avril  : un immense rejet s’exprime lors du premier tour de l’élection présidentielle. Un rejet qui approfondit ce qui s’est exprimé lors de la victoire du vote « non au traité constitutionnel », le 29 mai 2005. Un rejet de toutes les politiques imposées depuis vingt ans en application du traité de Maastricht par les gouvernements.

« Un vote de crise, comme dans toute l’Europe, avec la sanction du pouvoir en place » (Le Progrès de Lyon).

Au lendemain de ce premier tour de l’élection présidentielle, le président de la Commission européenne,
M. Barroso, appelle à ne « pas céder » et à « introduire plus d’Europe ».

Plus d’Europe ? Cela veut dire faire ratifier le nouveau traité européen, le TSCG, et donc imposer la dictature de la troïka (Fonds monétaire international, Union européenne et Banque centrale européenne) qui pille et détruit tout.

Cependant, force est de le constater : le 22 avril au soir, ce fut silence radio et TV de tous les candidats sur la question cruciale du nouveau traité européen.

Le simple respect de la démocratie exigerait qu’il soit tenu compte du vote du 22 avril. En commençant par renoncer à la ratification de ce traité.

Dans tout le pays, des militants PS, PCF, PG, POI, des élus, des syndicalistes appellent à préparer une manifestation nationale unitaire pour empêcher sa ratification.

Non à la ratification du nouveau traité européen !

Manifestation nationale pour l’empêcher

Signez l’appel, construisons ensemble un large mouvement populaire
contre la ratification du traité

Prenez contact avec le POI

Nom, prénom :



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930