Informations Ouvrières n°454

et le château de cartes s’effondrera…
mercredi 24 mai 2017
par  POI National
popularité : 19%

et le château de cartes s’effondrera…

Fabrice Rastoul, membre du bureau national du POI

Occupant désormais le poste de chef des institutions de la Ve République, malgré une position électorale minoritaire, le président Macron doit maintenant s’atteler à la réalisation concrète de ses propositions de candidat. L’objectif, simple et revendiqué, consiste à satisfaire la revendication du capital d’en finir avec les conquêtes ouvrières de 1936 et 1945. 

Le calendrier est fixé et, dès cet été, le président mal élu va s’atteler, sous les applaudissements nourris de Gattaz, de la CFDT et d’autres, à faire passer un nouveau texte parachevant la loi Macron- El Khomri de 2016. La boîte à outils est minutieusement préparée et remplie d’ordonnances et, pourquoi pas, des pleins pouvoirs si la future majorité parlementaire manque de fiabilité… L’été terminé, sur les ruines du Code du travail, le président Macron, avec son gouvernement de bric et de broc, pourrait s’attaquer au statut de la fonction publique en remettant en cause l’unicité de la grille des salaires avec des négociations salariales locales. Ainsi, travailleurs du privé comme du public subiraient l’inversion de la hiérarchie des normes, des droits différents d’une entreprise à l’autre et d’un service public à l’autre et, au final, une dégradation des conditions d’existence pour tous ! 

C’est ainsi que capital, patronat, supplétifs issus de petites ou de grandes combinaisons, imaginent l’avenir proche… 

Oui mais, seize millions ont refusé de se prononcer au second tour de la présidentielle. Une partie s’était déjà abstenue au premier tour, une autre avait porté son choix sur d’autres candidats et notamment Mélenchon. Le point commun d’une partie de ces électeurs ou de ces abstentionnistes, c’est d’avoir en 2016, pendant les six mois de mobilisation contre le démantèlement du Code du travail, jeté les bases d’une nouvelle résistance. Et depuis, elle continue par la lutte, par les grèves, par les occupations qui se sont multipliées dans le privé comme dans le public, et rien n’indique une inversion de ces processus. La force de la lutte de classe des travailleurs est là, elle s’exprime et elle ne demande qu’à s’unifier pour gagner. 

Et comme est pitoyable la constitution d’un gouvernement de reclassés de droite, de gauche, de la société civile, comme si par un tour de passe-passe le gouvernement d’unité nationale par sa seule présence pouvait enrayer cette mécanique ! 

Le conseil fédéral national du POI réuni le week-end dernier a estimé que l’aide la plus concrète à apporter à ce stade à la lutte de classe, seule à même d’en finir avec les prétentions du capital, se trouvait dans le soutien aux candidats de Mélenchon-France insoumise, au travers desquels des millions exprimeront de nouveau leur rejet. Nul doute que, pendant les trois semaines de campagne qui sont devant nous, les militants engagés dans le soutien aux candidats multiplieront les discussions, trouveront des tas de dénominateurs communs, se donneront rendez-vous pour les luttes à venir et trouveront les moyens d’échanger et de se lier pour les combats à venir. 

Le journal Informations ouvrières, tribune libre de la lutte des classes, rendra compte de cette activité et nous proposons à tout ceux qui le découvrent de s’y abonner. 

IO411 

Editer les pages



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930