CONFÉRENCE NATIONALE - 4 JUIN 2016 Pour la défense des conquêtes arrachées en 1936 et en 1945

CONFÉRENCE NATIONALE - 4 JUIN 2016

Pour la défense des conquêtes arrachées en 1936 et en 1945

 

A l’issue de la conférence nationale de défense des conquêtes de 1936 et 1945, regroupant 1 800 participants, il est proposé de soumettre à la discussion des travailleurs, syndicalistes, militants politiques, jeunes, une plate-forme appuyée sur la défense de ces acquis qui constituent le socle de la défense de la classe ouvrière et de l’indépendance de ses organisations, aujourd’hui remise en cause dans ses fondements.

Pour élaborer cette plate-forme, pour maintenir les liens entre les participants à cette conférence, pour échanger les informations, il est proposé que se constituent autour des participants des comités de liaison et d’échange.

Cette plate-forme à élaborer, à préciser, à discuter collectivement, répond aux considérants qui suivent.

 

Au moment où nous tenons cette conférence nationale (4 juin), personne ne sait ce qui va se passer dans les jours qui viennent, à commencer par le gouvernement lui-même – dont les divisions s’étalent quotidiennement dans la presse. 

Durant ces trois derniers mois, la masse des travailleurs et des militants a déjoué les manoeuvres visant à lui faire lâcher prise dans la bataille qu’elle a engagée pour arracher le retrait de la loi El Khomri. 

Elle a rejeté le syndicalisme d’accompagnement de la CFDT. Elle a surmonté, un à un, les obstacles qui tentaient de s’opposer à son rassemblement. Elle a fait corps avec les organisations syndicales (CGT, CGT-FO, FSU, Solidaires) qui exigeaient le retrait, alternant dans la durée : grèves, manifestations et blocages... et entraînant des milliers de jeunes et les organisations (Unef, Fidl, UNL). Elle a gagné le soutien de la grande majorité de la population (70 % selon les sondages). 

Et, aujourd’hui, les grèves continuent... Lorsqu’elles cessent dans un secteur, c’est pour repartir dans un autre, élargissant, chaque jour, le nombre de secteurs professionnels et de régions qui se sont engagés dans le mouvement. 

Les grèves et les manifestations continuent, faisant « tanguer » dangereusement ce gouvernement. 

La manifestation nationale appelée pour le 14 juin, à Paris, par CGT, CGT-FO, FSU, Solidaires, UNEF, Fidl, va – de l’avis unanime des participants à la conférence nationale du 4 juin – exprimer sans équivoque et avec force le rejet des travailleurs, des militants et des citoyens, d’une loi qui concentre toute la politique destructrice du gouvernement Hollande- Valls-Macron. 

Ce 14 juin, un pas supplémentaire sera franchi dans la manifestation, au plan politique, de la cassure irrémédiable qui s’est opérée entre la majorité du peuple et un gouvernement, isolé, ne bénéficiant plus de l’appui unanime de ses troupes et réduit à l’arbitraire et aux expédients les plus réactionnaires des institutions de la Ve République (49-3). 

Il ne reste plus à ce gouvernement, pour se maintenir aux affaires, que le chantage au « vide » politique, à la menace de la droite et de l’extrême droite, et au chaos... 

Pour les travailleurs, il apparaît en revanche, chaque jour plus clairement, que la seule issue capable d’éviter le chaos et les aventures à ce pays réside désormais dans la capacité qu’ils se donneront d’imposer, dans l’unité de leurs organisations de classe, la volonté de l’immense majorité et de poursuivre leur action, quelle qu’en soit la forme, pour aller jusqu’à faire céder ce gouvernement. 

Ce qui donne force et cohésion depuis ces trois mois de mobilisation, ce qui donne à la masse des travailleurs une confiance nouvelle dans leurs propres forces...., c’est le refus de céder sur le mot d’ordre de retrait, formulé dans l’unité par les confédérations CGT et CGT-FO, et appuyé par la grande masse de la population. 

C’est là que se concentre toute la situation politique. L’exigence du retrait de la loi El Khomri cristallise le refus politique de toute une classe de renoncer à ses droits, au nom de la préservation de la compétitivité de l’économie nationale qui imposerait l’adaptation de tout le cadre réglementaire aux prétendues exigences de « l’économie du XXIe siècle » et à l’économie numérique, chère à Macron. Une économie qui se résume au retour au contrat de louage et à la transformation des salariés en véritables esclaves. 

L’ampleur qu’a prise la mobilisation pour exiger le retrait de cette loi est une confrontation qui prépare et annonce un choc. Elle annonce une confrontation entre la majorité de la population de ce pays et la politique de ce gouvernement aux ordres des grands monopoles impérialistes qui exigent (via le FMI, l’UE, l’OCDE et la Banque mondiale) qu’il aille jusqu’au bout de la liquidation qu’il a entreprise avec celle du Code du travail (dont les principales dispositions ont été intégrées dans la loi par la grève générale de 1936). 

Les grands groupes monopolistes s’emploient, au nom de la défense de leur marges, à accélérer la destruction des bases industrielles du pays (Alstom, Mittal, Total, Technip...). Ils exigent que soient démantelés et privatisés à leur profit les monopoles publics bâtis en 1945-1947 pour assurer le redémarrage de l’économie nationale et répondre aux besoins vitaux de la population au lendemain de la guerre. Ils exigent que soit « réorganisée » une agriculture débarrassée des exploitations familiales... et broyé tout ce qui subsistait de l’organisation républicaine du territoire basée sur l’indépendance des communes. 

Tous les travailleurs sont, dans la situation actuelle, confrontés à un problème crucial. 

Il leur est de plus en plus difficile, voire impossible, de compter sur les partis politiques qui traditionnellement sont censés les représenter politiquement. Pour certains de ces partis, installés au gouvernement, ils sont les instigateurs directs des pires plans réactionnaires. Pour d’autres, la question se pose : est-il possible de prétendre défendre les travailleurs, estil possible d’ouvrir la moindre perspective en restant encamisolés dans les institutions antidémocratiques de la Ve République ? Est-il possible de n’avoir comme seul horizon qu’une élection destinée à remettre son sort entre les mains d’un seul homme disposant d’une Constitution autorisant toutes les manoeuvres antidémocratiques ? Et ce, au moment où, instruits par l’expérience, des millions de citoyens s’abstiennent avec des taux de 70 % et rejettent les partis. 

Et si, dans cette situation, les travailleurs et les militants – quelles qu’aient été leurs origines politiques – ont, à juste titre, été poussés à se tourner vers les organisations syndicales pour se rassembler sur le terrain de la défense des acquis sociaux et politiques qui forment encore le socle de toutes les relations dans une société démocratique, il est évident que se pose désormais la question d’inscrire cette défense des conquêtes de 1936 et 1945 dans une perspective plus large. 

Le combat pour la préservation des droits collectifs des travailleurs opposée à « l’ubérisation » de la société, pour le rétablissement des monopoles publics bâtis au lendemain de la guerre, pour le rétablissement du financement public du logement et de l’aménagement du territoire, interdit par l’UE, pour le rétablissement de la souveraineté des communes, pour la défense de la Sécurité sociale de 1945, pour la défense de la laïcité..., constitue l’ébauche d’un programme susceptible de s’appuyer sur la mobilisation des masses, appuyées sur leurs syndicats de classe, pour ouvrir la voie à une issue politique conforme à leurs intérêts et à ceux de toute la société. 

Un programme qu’on appelait autrefois « le socialisme », abandonné par tous ceux qui s’en réclamaient encore il y a peu. 

La discussion des éléments d’une telle plate-forme, ou d’un manifeste, a commencé dans les réunions préparatoires à cette conférence nationale. Elle a commencé à trouver place dans la rubrique « Débats » ouverte, dans cet objectif, dans Informations ouvrières, hebdomadaire du POI et tribune libre de la lutte des classes. Elle s’est poursuivie tout au long de cette conférence. 

Des milliers de travailleurs, de militants, de cadres syndicaux, de jeunes, de représentants des exploitations familiales agricoles, des centaines d’élus qui ne peuvent accepter la « démocratie » du 49-3, quelles que soient les organisations politiques dont ils étaient membres il y a peu de temps ou qui en sont encore membres, sont prêts à s’inscrire dans cette démarche. Organisons-la ! 

Adressez vos propositions, vos informations à Informations ouvrières qui les fera circuler. 

Informations ouvrières, 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, 75010 Paris, E-mail : informations-ouvrieres@fr.oleane.com 

Telecharge


mercredi 30 novembre 2016
par  POI National

Editorial Informations Ouvrières n°430

Casting


Le point de vue de Lionel Parlant, membre du bureau national du POI 

Malgré des semaines de matraquage autour du casting, tout juste un inscrit sur dix aura pris part au jeu désignant Fillon comme le candidat du camp de « la droite et du centre ». 

Que ce soit sur le nombre de fonctionnaires à supprimer ou le nombre d’heures de travail au-delà des trente-cinq heures qu’il faudra imposer aux salariés, leurs incantations n’auront pas masqué que leur seul désaccord reposait sur la méthode choisie – tout autant susceptible de s’adapter – pour poursuivre la casse des acquis que la classe ouvrière a arrachés et défendus au cours des dernières décennies. 

Tous « s’inscrivent dans le mouvement de renforcement du dialogue social au niveau des entreprises porté par les dernières lois du quinquennat socialiste (Sapin, Rebsamen, El Khomri)... Tous les deux reprennent à leur compte les grands principes du rapport Combrexelle : décentralisation du dialogue social et limitation du Code du travail à quelques grands principes » (Le Figaro, 24/11/2016). 

Retenant les leçons de la mobilisation contre la loi travail, ils ne voient pas leur action dans un autre cadre que son application, s’interrogeant sur la capacité à intégrer ou affronter directement les organisations ouvrières qui ont appelé à la combattre. 

C’est toute leur inquiétude et le signe d’un régime au bord de l’implosion : comment répondre aux exigences de destruction dictées par le capital tout en contenant la lutte des classes qui se mène dans tout le pays ? 

Pour la première fois depuis qu’il est actionnaire de la CNR (Compagnie nationale du Rhône), le groupe Suez fait face à la détermination de ses salariés en grève reconductible depuis le 22 novembre contre un projet de réorganisation qu’il présentait incontournable pour tous. 

A La Poste, malgré la certitude de ses dirigeants d’avoir contourné l’opposition aux réorganisations avec le rapport Kaspar, centre après centre, les agents décident de l’action face à la remise en cause des tournées, des emplois et de leurs régimes de travail. Dans les mêmes dispositions que les prétendants au trône suprême à l’Elysée, la direction de l’entreprise, qui redoute la propagation des conflits, soumet un texte aux organisations syndicales qui n’a pour autre fin que de miser sur l’accompagnement de sa politique de saccage menée jusque-là. Pour elle, une seule voie possible : l’achèvement de ses plans en portant un coup majeur à la capacité du facteur d’être titulaire de sa tournée, la réalisant en vacation matinale continue selon le régime de travail qu’il aura choisi, le moins flexible. Lors d’une réunion de la fédération de la CGT à ce sujet, un responsable lâche : « On est à un tournant ! » Dans la profession comme ailleurs la pression est énorme. 

C’est pourquoi le gouvernement compte lui aussi déployer ses arguments pour se présenter comme apte à poursuivre l’ouvrage. Hollande revendique de disposer de Laurent Berger qu’il nomme « ministre du Travail bis  » quand Cambadélis en appelle aux syndicats pour « dépasser le parti et tout remettre à plat » (La Croix, 24/11/2016). 

Ces implorations désespérées risquent de rencontrer un succès très limité. 

Dans les réunions des comités de liaison et d’échanges, les travailleurs témoins des menaces qui planent sur l’indépendance de leurs organisations syndicales cherchent à aider au déroulement de la lutte des classes. 

Editer les pages


Articles les plus récents

mercredi 23 novembre 2016
par  POI National

Editorial Informations Ouvrières n°429

Le point de vue de Jean-Pierre Bréus,
membre du bureau national du POI¶

dimanche 20 novembre 2016
par  poivitrolles

Au lendemain de l’élection américaine, l’incertitude gagne le monde.

Au lendemain de l’élection américaine, l’incertitude gagne le monde.
L’ensemble de la presse internationale a titré sur les résultats de l’élection présidentielle américaine, témoignant du fait que le basculement qui s’est opéré n’est pas « américain » mais mondial.
Ce résultat est la réfraction, au sein (...)

mercredi 16 novembre 2016
par  POI National

Editorial Informations Ouvrières n°428

Le point de vue de Jean-Paul Crouzet,

membre du bureau national du POI

lundi 14 novembre 2016
par  poivitrolles

De plus en plus isolé, le président poursuit sa politique destructrice...

De plus en plus isolé, le président poursuit sa politique destructrice... ... provoquant la réaction des travailleurs avec leurs organisations comme ce 8 novembre dans les hôpitaux
Comité départemental de Paris 9 novembre 2016
Ce 8 novembre, ce sont les travailleurs hospitaliers qui se mobilisent, (...)

mercredi 9 novembre 2016
par  POI National

Editorial informations Ouvrières n°427

Jean-Charles Marquiset,

Membre du bureau national du POI

mercredi 2 novembre 2016
par  POI National

Editorial Informations Ouvrières n°426

Demandez le programme…
Jacques Girod, membre du bureau national du POI
Le libéralisme économique est un poison qui conduit à un modèle unique qui tend à remettre en cause la liberté d’association et la liberté de négociation, engendrant la flexibilité et les privatisations. Gouvernement et patronat (...)

mercredi 26 octobre 2016
par  POI National

Editorial informations Ouvrières n°425

Ils ne pensent qu’à ça !
Maurice Colas, membre du bureau national du POI
A lors que le pays s’enfonce chaque jour davantage dans la crise, que la misère, le désespoir frappent des mil- liers de personnes parmi la population de ce pays, ils continuent ! Soumis aux exigences du patronat et de (...)

mercredi 19 octobre 2016
par  POI National

Editorial informations Ouvrières n°424

Le “revenu universel”, ce sauveur ?
Claude Billot-Zeller, membre du bureau national du POI
Le revenu universel : de base, d’existence, de dignité… allocation universelle… Au choix ! De la droite à la gauche, en passant par les écolos, tous sont pour, sous des formes variées. Ils ont des arguments (...)

mercredi 19 octobre 2016
par  POI National

Editorial d’Informations Ouvrières n°423

Et toujours la lutte de classe…
Fabrice Rastoul membre du bureau national du POI
La Deutsche Bank, principale banque allemande, est au bord de la faillite et risque d’entraîner par un effet de dominos la déroute d’une partie du système bancaire. La livre sterling, en deux minutes (pas plus), a (...)

lundi 10 octobre 2016
par  poivitrolles

Projet de Budget 2017 : un Budget de guerre pour la guerre !

Projet deBudget 2017 : un Budget de guerre pour la guerre !
Valls l’a répété plusieurs fois après les attentats terroristes : « Nous sommes en guerre. »
Au nom de la lutte contre le terrorisme, ce sont du coup plus de trente mille militaires français qui sont quotidiennement en opération, « un rythme (...)

Albums les plus récents

Agenda

 

2016

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031